mardi 21 août 2007

Annonces et autres bouleversements

Puisque c’est officiel, le Papounet et la Marâtre sont (enfin!) au courant, je peux parler librement, ouf !
Fini la peur de la gaffe, l’angoisse du lapsus, le cauchemar du petit mot innocent lourd de sous entendus...


Le Monchéri a fait sa demande... et sa poussinette d’amour (c môé) a dit oui... quelque part sur un fond de plage Ibizien, les yeux plein d’amour, le violon qui lançait des mélodies dégoulinantes de sucre d’orge, nous avons décidé d’unir nos destins à jamais...


Voici deux réactions qui nous ont particulièrement touchés et marqués...

- Les Potes (en groupe, tous ensemble, tous ensemble!) : Nous avions invité pour la pendaison de crémaillère de notre sweet french home, nos plus proches amis... Au programme, pétanque, fiesta, barbec et autres réjouissances... Evidemment, nous nous devions de faire un discours digne de l’ensemble de nos amis : pour la première fois, les amis de Monchéri et les miens à moi que j’ai toute seule étaient réunis...(je crois que les miens ont eu peur !!!!) Monsieur Monchéri a pris la parole (j’allais quand même pas parler devant tous ces fous!), remerciements, blabla (très très bien fait... il parle bien Monchéri !) et comme ça, sans prévenir, hop! direct du droit “on voulait vous prévenir qu’on se mariait l’année prochaine” (prenez ça dans les gencives les potes!): une clameur s’est levée, impressionnante. Des Ouais, Bravos, youpi !!! Si fort, que de peur je me suis pelotonnée derrière le Monchéri... sont fous ces copains ! Mais la palme du démontage de machoire revient à ma cops dite anciennement la Chintock (blonde aux yeux bleus, voyez pas le rapport? C’est normal!). Heureusement qu’elle était assise parce qu’elle tombait tellement des nues, que j’ai cru qu’elle allait nous faire une syncope!
Puis une rangée s’est formée pour nous féliciter... pendant une demie heure, nous avons dit Merci, raconter dans le menu détail la demande... Alors les potos le jour dit, pas la peine de venir nous serrer la paluche, c’est déjà fait !

- Le Papounet et la Marâtre : les derniers avertis mais pas des moins expressifs. Vu qu’ils habitent quelque part dans le petit coin de paradis de la photo d’à côté, c’est à dire pas tout près et que pour aller les voir c’est toujours un peu l’expédition de l’année... bref... ils ont su après tout le monde, mais quand même on a pris l’avion pour leur dire!
Un canapé, une table basse l’apéro servi dessus, et assis tranquillement sûrs d’eux, confiants... un Papounet et une Marâtre... (hi, hi, hi : je rigole d’avance). Une des activités prévues dans le week-end était des dégustations de vin dans les caves du pays (car le petit coin de paradis fait aussi du vin, et pas des plus mauvais, enfin, plus des plus mauvais, vous suivez?)... et voilà le Monchéri qui se lance, tel un coureur de marathon, une grande inspiration (au sens figuré puis au sens propre !) :
“Alors, en fait, pour le vin, on voudrait choisir un vin d’ici parce qu’en fait... Papounet je voudrai savoir si vous me donneriez la main de votre fille...” Bon, alors le Monchéri vous dirait que pas du tout, que c’était beaucoup mieux dit, qu’il n’a pas bafouillé... c’était merveilleusement dit, et le plus important, cela a produit l’effet escompté. Re-situez le canapé... d’un côté, le Papounet, assis, bras ballants, yeux ronds comme des billes (j’ai enfin pu constater la véracité de cette expression!), une légère humidité apparaissant aux coins de ces mêmes billes... de l’autre côté, une Marâtre... les poings serrés, les yeux fermés, le sourire jusqu’aux oreilles (encore une vérité vraie!), tapant des pieds, et émettant des petits cris que nous avons traduit par “oui, oui, oui”.... tout cela fut suivi par plein de gros bisous, d’émotion (Le Papounet marie sa petite dernière tout de même !)

Et juste parce que c’est eux, et que ils sont importants dans l’histoire : Les Minidoux...
expliquer le concept du mariage à des petits bouts de 4 ans pas facile, facile...Mais ils ont saisi qu’ils auraient 5 ans, que cela serait la fête... et Canaille a décrété qu’il porterait une cravate !

Alors voilà... on se lance, on plonge, on roule tranquillou vers les anneaux, le “oui”, le tralala tsouin-tsouin ! Mais on s’énerve pas... l’union sera à notre image (du moins l’espérons nous!) : en toute intimité, en toute simplicité (on garde que le tsouin-tsouin, on vire le tralala)... mais pitet’ ben que quand même je ferai péter la belle robe !

Ca c’est de la rentrée !

2 commentaires:

Ashley a dit…

HAN UN MARIAGE!
Ben plein de bonheur (et de cafés au lit) et bon courage pour les préparatifs
On peut voir la bague?

Cam a dit…

Muchas very Gracias...
La seule bague que je possède (encore, j'ai la sale manie de casser ou perdre mes bijoux) est mon cadeau d'anniversaire, très joli anneau dinh van. Pas de fiançailles ! Direct à la Mairie et hop! C emballé !