lundi 30 juin 2008

Paris est fatiguant

J'ai mal aux jambes, j'ai sommeil... bref je tiens une forme olympique !
Et non je ne commence pas déjà à me plaindre Je ne fais que constater, en à peine une semaine, que le rythme parisien est décidément aux antipodes de celui de l'Allemagne !
Avant j'avais le temps... de tout, de trop.
Maintenant, et bien quand il est l'heure du bain de Robidou, je me dis que zut ! je n'ai pas fait la moitié de ce qu'il y avait sur ma liste le matin !
Ah bah oui, je me fais des listes, parce que sinon mes petits neurones qui restent (les autres eux sont partis en congé parental sans me prévenir et sans donner de date de retour, les saligauds... ) ne sont pas capables d'assimiler toutes ces choses que vivre à Paris sous entend!
Ah c'est bien, mais moi je suis sur les rotules... jamais contente? Euh... si!si!

Mais en plouch, on a eu un dur, très dur we... ouh lala, je vous le dis moi, revenir à la Capitale, avec tous les potos, ça vous crèverait Superman en personne !
Donc, samedi soir... mon Robidou d'amoûûûûr a été laissé aux mains de sa première baby-sitter, qui lui plait beaucoup si j'en crois les grands sourires qu'il lui a fait!
Bon ok il est pas farouche à la base, mais, quand même, je passais et repassais... et, ah tiens Ma mère!... Oui, oui, ta môman, tu sais celle qui a tant souffert pour te mettre au monde, qui te nourrit, qui te dorlote... j'éxagère un peu beaucoup, passionnément... en fait j'étais en panique totale de laisser ma Crapule... mais tout s'est bien passé, et pendant ce temps là, nous les parents, gens responsables, adultes matures... buvions en terrasse d'un endroit très spécial (pour Monchéri et moi.... ah... bref!), puis deux... puis... petite soirée avec tous les potos, à boire du champagne (et pas que du bon, ouille, ouille, ouille!), et rentrés un peu tard (la faute à une grande blonde... pas celle qu'on croirait hein?... pas la grande maladroite, mais sa belle deuch qui nous a poussés au vice, et au champagne rosé!!!) et là on souffre... parce qu'on sait que le lendemain, quand la Crapule d'amour va se réveiller, et bien nous on va avoir très très mal... à la tête, à la fatigue...
et en plouch quand Monchéri reste au lit pendant que je donne le bib, joue, gazouille .... ben je l'aime hein Monchéri, mais là présentement je l'aime un peu moins... surtout quand il se lève et me dit avec presque que de la bonne foi "j'ai pas dormi, j'arrivais pas"... Ah bah, moi j'aurai réussi tu sais, alors, on aurait pu échanger, non?.....

Et dimanche, plein de courage et d'inconscience (certainement dûe à la joie immense de pouvoir enfin voir les potos quand on veut!) nous partons en bus chez le parrain de la Crapule.
Super journée, super barbec (c'était bon, miam... les pdt en robe de chambre, les brochettes, la bonne salade...) mais la fatigue, mon dieu! la fatigue... euh, je peux dormir là tout de suite, vous me réveillez dans 48 h?.... Non? Ben pourquoi?... Ah oui, maintenant non seulement je ne suis plus une jeune qui peut se remettre très facilement d'une courte nuit, mais en plouch je suis mère de famille...
Dimanche soir...
Finale de l'Euro, le temps de voir le but de la première mi-temps...
"Monchéri, tu m'en veux si je me couche?"
J'ai quand même eu la force de lui demander qui avait gagné quand lui s'est couché !
Comme quoi l'amoûûûr vous fait faire des choses parfois très étranges!


Et là on est lundi, et je me demande comment je vais réussir à tout boucler avant les vacances... vendredi !

4 commentaires:

Anonyme a dit…

pour une fois que c'est pas moi, la blondasse fautive... ca change!
:-)

Cam a dit…

uh,uh,uh !
Ton nom ici sera désormais Pierrette Richardette, et toc !

Ashley a dit…

je sais que tu sais que je te comprends...
Bon courage (moi j'habite chez mes cartons, et ça commence à me gaver)

Dom a dit…

J'ai tellement déménagé... et aujourd'hui mes affaires sont en grande partie dans un container.
C'est dire si je te comprends.
Courage !